PRESENTATION DU TAEKWONDO 

  Le taekwondo est un art martial bénéfique à la fois pour le corps et l’esprit, seuls les pieds et les mains sont utilisés, aucune arme n’est autorisée.
Les gens qui le pratiquent lui reconnaissent quatre grandes vertus. Le taekwondo est une activité physique bénéfique au développement des enfants et à l’amélioration des performances physiques des adultes.
Sa pratique permet d’améliorer grandement la souplesse de l’ensemble du corps. De plus l’exécution de coups de pieds et coups de poings en criant permet de se débarrasser efficacement du stress.

Le taekwondo, un art martial
Le taekwondo permet d’attaquer son adversaire à l’aide de ses pieds et poings. La différence marquante avec les autres arts martiaux, c’est la diversité et la puissance de ses coups de pieds.
Les techniques de pieds sont sans conteste ce qui a valu au taekwondo sa grande popularité de part le monde. Les techniques d’attaque y sont très puissantes mais ce sont avant tout les techniques de défense qui prédominent.
Dans le cadre de la vie moderne, cela offre un avantage certain en tant que technique de self-défense.

Le taekwondo, un sport

Le Taekwondo est aujourd’hui une discipline officielle lors des grandes rencontres sportives sur tous les continents, aux Jeux Olympiques, aux Jeux Panaméricains, aux Jeux Asiatiques, aux Jeux Africains, aux Jeux d’Amérique Latine…
Lors de ces compétitions, toutes les parties importantes du corps sont protégées et les zones de frappe sont bien déterminées, les compétiteurs peuvent donc s’affronter en toute sécurité sans grande crainte de se retrouver blessé.

Le taekwondo, une forme d’éducation
Le taekwondo façonne le corps mais c’est aussi un art qui fait appel au mental en permanence. Le but de la pratique du taekwondo est l’épanouissement de la personne par l’entraînement physique et mental.
Les pratiquants développent leur personnalité par l’apprentissage et la répétition de mouvements de défense et d’attaque mais aussi par une éducation axée autour du respect.


HISTORIQUE DU TAEKWONDO

 

Le taekwondo trouve ses racines dans l’art martial coréen traditionnel, le taekkyeon, remontant aux sociétés tribales de l’antiquité. Suivant les époques, le taekkyeon a été désigné sous de nombreuses appellations. Le taekkyeon a commencé à prendre de l’ampleur à partir de l’époque des Trois Royaumes (la péninsule était alors divisée en trois territoires, Goguryeo, Baekje et Silla et en proie a une lutte de pouvoir du 4ème au milieu du 7ème siècle). Le taekkyeon se développa encore durant la dynastie Goryeo (918-1392). Durant cette période, le taekkyeon faisait alors partie des examens de promotion dans le corps militaire. Cependant à l’époque de Joseon (1392 -1910) alors que l’épée perdait pourtant de son prestige, le taekkyeon fut réduit graduellement à une fonction uniquement ludique. Aujourd’hui, grâce aux efforts de nombreuses personnes, le taekwondo, prolongement du taekkyeon, est connu dans le monde entier.
La culture de compétition dans les arts martiaux coréens n’est pas nouvelle.


Dans l’antiquité déjà, il y avait des rencontres de taekkyeon sous formes de match entre villages à l’occasion des fêtes populaires. Les chroniques de l’époque rapportent que les matchs donnaient lieu fréquemment à des paris.

Le manuscrit datant de la fin de la dynastie Joseon intitulé « les Branches des Bambous de la Mer de l’Est » décrit le mieux le taekkyeon d’autrefois :

“Dans les anciennes coutumes, il y avait quelque chose nommé gaksul (ancien nom du taekkyeon), où l’on s’affrontait à coup de pieds pour se faire tomber. Il y avait quatre règles, les moins bon frappaient les jambes, les hommes d’un bon niveau se devait de frapper les épaules, les meilleurs devaient frapper la tête. Pour les gens d’autrefois ce pouvait être un moyen de se venger ou de gagner la femme qu’ils aimaient.”